Elle rêvait

Il entra sans bruit dans la pièce.
Elle rêvait.
Que pouvait-elle rêver en cet instant ?
A des fleurs, des oiseaux, un souffle de vent dans les branches, un paysage, une mer, le lent ballotement des vagues sur une grève de sable fin.
Où se trouvait-elle ?
Volait-elle au dessus d’une ville, par delà un désert ? Marchait-elle sur un chemin dans les collines ou dans les bois ?
Peut-être se baignait-elle ?
Il l’imaginait, flottant doucement sur une rivière transparente, le bras alangui, comme là, sur ce lit, les yeux clos, l’eau filant entre ses doigts, le long de sa nuque.
Elle souriait à peine comme une ombre sur son visage, sur sa bouche.
Qui pouvait-elle être ?
Peut-être une chatte, féline, tigresse, tendre et griffeuse  comme elle savait le devenir, comme il aimait qu’elle soit.
Où un animal fin et gracieux, licorne ou biche, dansante et vive, filant au dessus des buissons.
Elle rêvait.
Elle avait mis, pour lui plaire, ce caraco noir qu’il lui avait offert.
Rien d’autre.
Nue.
Elle voulait l’attendre, voilà qu’elle s’était endormie, les draps froissés, les yeux fermés, la bouche offerte.
Et voilà qu’il la regardait, rêvant de ses rêves, cherchant à la suivre dans son voyage imaginaire.
Elle s’étira dans un mouvement sensuel,  lent, de chatte tigresse.
Le regarda à son tour.
Il resta un moment à l’admirer puis sourit.
‒ A quoi rêvais-tu ? dit-elle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *