La rencontre inversée

Elle descendait l’avenue.
Il la remontait.
Elle se moulait ce jour-là d’une robe à rayures d’été, une robe de fête, une robe de rencontres au décolleté gracieux, une robe assortie du chapeau souple et chic qui lui seyait idéalement.
Un grand chapeau.
Il arborait pour sa part un pantalon clair, une chemise de soie, un canotier décalé, désuet,
Très élégant.
Il marchait d’un pas fluide, sentant l’aventure qui approchait.
Une femme sans doute.
Et quelle femme !
Elle rêvait tout en glissant d’une onde légère sur la hauteur de ses talons fins.
– Ce serait bien, se disait elle, s’il portait un canotier, désuet bien sûr, mais si élégant.
Elle appréciait beaucoup les hommes en canotier.
– Ce serait bien, se disait-il, si elle se trouvait vêtue de rayures.
Il adorait les rayures.
Elle stoppa au dixième lampadaire juste avant le repli de la chaussée, ferma les yeux attendit un instant, un instant long et tendre.
Puis elle regarda.
Il n’y était pas.
Il marchait sur une autre avenue, dans une autre ville.
D’ailleurs ce n’était même pas une avenue, c’était un boulevard.
Quel crétin !

Photo : Idda Van Munster

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *