Un parfum

Il vérifia chaque fenêtre, la fermeture du gaz, les robinets de la baignoire. Sa valise était prête dans l’entrée, son manteau posé bien en évidence.
Bien.
Il entra dans sa chambre.
Elle était là.
Il ne fut pas étonné. Sans bien savoir pourquoi, il l’attendait.
Elle se retourna… lentement.
Il
lui sourit.
Elle lui rendit son sourire.
Il s’avança, tendit la main vers son visage. Elle arrêta son mouvement d’un geste, posa son doigt sur sa bouche dans un « chut » doux, tendre et silencieux.
Lentement elle disparut, ne laissant qu’un parfum fragile comme accroché à l’ombre des murs et un foulard de soie flottant dans l’air. Il prit le foulard, le porta à ses lèvres, s’emplit de la fragrance délicate.
Intense.
Il le glissa dans sa poche, sortit.
Il enfila son manteau, attrapa sa valise, ferma la porte de l’appartement.
Vérifia qu’elle était bien close une fois.
Puis une seconde.
Puis une troisième…
Il commença à descendre l’escalier. Le taxi lui avait confirmé qu’il attendait devant l’immeuble, le billet d’avion était dans son sac, l’horaire exact avec une bonne vingtaine de minutes d’avance.
Bien.
N’avait-il pas rêvé ?
Il mit la main dans sa poche.
Le foulard était là. Une onde de parfum monta jusqu’à lui.
Tendre, capiteuse.
Il se sentit heureux comme jamais.
Puis il monta dans le taxi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *