Le coup de foudre

Dorian envoie deux coups d’accélérateur, histoire de faire ronfler le moteur de son roadster  BMW Z3 modèle M, et de claquer le beignet au jeune crétin à sa droite.
321 chevaux, ça calme.
Enfin, ça devrait.
Mais le petit mec à cheveux jaunes, arrêté au feu en même temps que lui, continue de faire pétarader  le moteur ridicule de son pot de yaourt GTI. Ces jeunes n’ont plus le sens de la dignité.
Tant pis, il le grattera au démarrage et on n’en parlera plus.
Pour le moment, Dorian a un problème plus important. Son meilleur pote, Adrien, vient de lui demander d’être l’un de ses témoins de mariage.
Au secours !
Dorian revoit leur bande des quatre en chasse de femelles dans les boums de leurs dix-huit ans, en recherche d’aventures libido-intello dans les soirées étudiantes de leurs vingt, en baguenaude de cuir, de fesses, de sexe, dans les boites de nuit de leurs trente.
Ne jamais s’attacher, prendre, se barrer, telle était leur devise.
Et puis voilà.
Fred, dit la Mornifle, marié, deux gosses.
Fabien, dit l’Echalas, marié deux gamins et un en devenir.
Et  pour finir Adrien la caboche, le plus créatif de la bande, avec cette femme pas plus moche qu’une autre mais pas mieux non plus.
Comment s’appelle-t-elle ?
Il ne sait plus, c’est dire.
Du coup, hier, la terrasse de sa maison de campagne, un soleil qui se couche dans un dernier ramage rosé, un bon whisky doré de vingt ans d’âge, et vas-y que tu m’expliques tout ça.
‒ Non, tu vois Dorian, pas vraiment d’explications. Tu fais le Kakou, tu dis que tu te feras pas prendre, et puis soudain elle passe. Tu entends comme un énorme « BRAOUM » dans ta tête et c’est fait, l’amour vient de te tomber dessus. C’est la seule, c’est elle, c’est tout. Tu n’as plus qu’une envie, vivre le reste de ta vie en sa compagnie ou en tout cas les trois prochaines années.
Tu parles d’une explication !
BRAOUM ?
Et pourquoi pas SPLASH ou VRAM tant qu’on est dans les onomatopées.
Ou VROOOM. Ce serait bien dans son cas VROOOM.
Un bête coup d’accélérateur et hop, il serait amoureux.
De sa voiture alors. Voilà une femelle qui ne renâcle jamais.
Il rit silencieusement en faisant grogner les cylindres et puis…
Il la voit.
Elle traverse la place, là bas. Une blonde impossible, longue, fine, en robe bleue mouvante, ouverte sur les épaules, enlaçant pour mieux les dévoiler ses jambes à chaque pas.
Fabuleuse.
Il se sent craquer, il se laisse aller.
« BRAOUM » !
‒ Ça ne va pas pépère ? T’as pas vu que le feu était encore rouge ?
Le chauffeur du poids-lourd sous lequel il vient d’encastrer son monstre à 250 tickets est de mauvaise humeur. On le serait à moins, il y a une rayure d’au moins dix centimètres sur le bas de son semi-remorque.
Pire, le jeune niais se marre dans sa boite de conserve.
Et la beauté ?
Disparue bien entendu.
Si c’est ça l’« AMOUR » qui fait « BRAOUM », franchement, il n’a pas les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *