C’est moi !

Encre de chine sur papier 300g
56 cm par 74 cm

Tableau mis en vente  encadré de noir et protégé sous verre.
Pièce unique, datée, signée.
1000 euros

Ce prix comprend l’encadrement du tableau, son certificat d’authenticité, ainsi que sa livraison par moi même sur la France ou la Belgique. Ces tableaux sont trop fragiles pour être envoyés par la poste.
Pour d’autres pays, discutons-en.
Si vous désirez l’acheter ou simplement avoir des renseignements complémentaires, contactez-moi par mail
creartiss@orange.fr

 

Dessin 445

Il faut croire que c’est la période où je prends les femmes au saut du lit.
Gribouillis mal réveillé de ce lundi 26 janvier.

Amour téléphonique

Elle m’a envoyé un SMS.
Je vous aime.
Je lui ai renvoyé un SMS.
Moi de même.
Elle m’a envoyé sa photo, elle était jolie.
Je lui ai envoyé la mienne, plus jeune, elle m’a trouvé beau.
Nous avons pris rendez-vous.
Nous nous sommes rencontrés.
Elle était aussi jolie que sur sa photo.
Elle m’a trouvé plus beau que sur la mienne.
Un air sérieux qui m’allait bien.
En réalité, un air plus vieux, mais je ne lui ai pas dit.
Nous avons fait comme font tous les amoureux, nous avons couru tout nus à travers la campagne, les bois, les prés, les chemins creux, les potagers.
Puis nous nous sommes baignés.
L’eau était glacée.
Il pleuvait.
Nous sommes revenus enrhumés.
Elle avait un gros nez rouge, des yeux qui pleuraient.
Je toussais, elle aussi.
Je l’ai trouvée moins jolie.
Elle m’a trouvé plus vieux.
Nous nous sommes quittés fâchés.
Elle m’a envoyé un SMS.
Je ne t’aime plus.
Je lui ai renvoyé un SMS.
Moi non plus.

Presque un mois…

Franchement cette nouvelle année, vous en pensez quoi vous ?
Moins de guerres ? Moins de misère ? Plus d’humanité ? Moins de pollution ? Moins de discrimination ? Moins d’intégrisme ? Moins de bêtise ?
Cherchez encore……….

La femme à la cigarette

Encre de chine sur papier 300g
56 cm par 74 cm

Tableau mis en vente  encadré de noir et protégé sous verre.
Pièce unique, datée, signée.
2000 euros

Ce prix comprend l’encadrement du tableau, son certificat d’authenticité, ainsi que sa livraison par moi même sur la France ou la Belgique. Ces tableaux sont trop fragiles pour être envoyés par la poste.
Pour d’autres pays, discutons-en.
Si vous désirez l’acheter ou simplement avoir des renseignements complémentaires, contactez-moi par mail
creartiss@orange.fr

 

Tigresse

Il est dix heures trente. Comme chaque matin dès l’aube, assis dans ma luxueuse véranda dominant la Creuse, j’avale une gorgée de mon café, entame le premier de mes huit croissants et envisage de me beurrer une tartine.
Je suis en pleine forme, une étincelle de plaisir dans la prunelle, une myriade d’idées dans la tête.
Ça ne va pas durer.
Croyez-en mon expérience, c’est aussi précis que la course des étoiles dans le ciel, aussi définitif que les horaires des marées à Perros-Guirec, quand tout va vraiment bien ça ne dure jamais plus qu’un pet de moineau.
J’avise Annabelle nonchalamment allongée dans un sofa vêtue, ou plutôt dévêtue, d’une tenue mi-déshabillé transparent à faire tomber tous les mâles dans un rayon de huit cents mètres, mi-ensemble lingerie à froufrous à faire hurler tous les loups des bois avoisinants. Comme mon déjeuner est loin d’être terminé, je ne suis encore ni mâle, ni loup, mais je frémis quand même… je connais cet air-là !

─  Quoi ?

─ Tu as vu dehors ?

J’observe la rivière qui couloit, le moulin qui tournoit, le pont qui enjamboit, le clocher qui pointoit, le ciel qui nuageoit. Rien de remarquable !

─ Il pleut ?

─ Oui, il pleut et tu sais comme je déteste la pluie… à la campagne.

Je sais que ça ne sert à rien de discuter, je sais que j’aurai tort de toute façon, mais je discute pourtant, c’est dans ma nature.

─ La campagne, comme tu y vas. Argenton est une bourgade de plus de 6000 habitants, on ne peut plus parler de « campagne ».

─ Tu sais ce que j’aimerais ?

Bien ! J’ai compris. Quand Annabelle me fait ses yeux de biche, je ne peux l’éviter, je craque. Quant à la raison, je la connais. Dès que s’annonce la fin de l’automne, les prémices d’une froidure hivernale, elle a besoin d’un appartement chaud à grandes baies vitrées, agrémenté de quelques centaines de citadins empilés dans divers containers de diverses formes.

─ Ecoute. Pour le moment, mon héros se balade à Ciron, mais dès samedi prochain je l’emporte dans une grande ville. Que dirais-tu de Châtellerault ?

Yeux de chatte.

─ Orléans ?

Yeux de tigresse.

─ D’accord, d’accord, nous irons à Paris et n’en parlons plus.

Et c’est ainsi qu’une histoire qui devait passer par Châtellerault se déroulera finalement dans la capitale pour cause de brune superbe à yeux de tigresse.

Ah, les femmes !

Dessin 442

Gribouillis de ce jeudi matin.
Léger réchauffement climatique.
Les femmes que je dessine en ce moment ont un peu tendance à sortir du lit. Allez savoir pourquoi (sourire angélique !).