Piscine-Party

– Non.

– Quoi, non ?

– Tu ne peux pas sortir comme ça.

– Pourquoi ?

– Eh bien, cette robe ressemble plus à une chemise de nuit qu’à une robe et ce décolleté. Je te l’ai dit, c’est une soirée habillée.

– J’ai mis des gants.

– En effet. Des gants de stars qui montent au dessus du coude, des gants qui ne disent qu’une chose : « Enlevez-les moi si vous êtes cap ! »

– Exactement.

– Cela ne va pas.

– Mais si ! Je te rappelle qu’une soirée dite habillée comme tu l’annonces, peut devenir une soirée déshabillée assez rapidement. Ces messieurs chics, bide et fric en avant, viennent accompagnés de femmes belles, très bien habillées, qui ne sont pas du tout leurs femmes et qui finissent généralement, en fin de soirée, plutôt déshabillées. Comme toi et moi d’ailleurs.

– Oh !

– Je te rappelle que la dernière fois, tu avais disparu et que je ne t’ai retrouvé que bien tard, et pas du tout où tu aurais du te trouver.

– Je cherchais les toilettes.

– Tu me l’as dit déjà. Il semblerait qu’elles étaient prés de la piscine où se baignait une de ces beautés dont j’ai déjà parlé.

– Tu t’imagines tout de suite le pire.

– Ou le meilleur. Alors cette fois, comme je ne veux plus faire tapisserie dans tes soirées soi-disant habillées, je me suis habillée déshabillée juste pour dire à ces messieurs à gros bide et gros sous : « Venez, je suis avec lui mais je ne suis pas sa femme ».

– Oh !

– Tu l’as déjà dit.

– Tu vas me couvrir de ridicule.

– Mais non, tu vas faire type riche, à gros bide, qui a les moyens de se payer une femme chic, belle, qui ne soit surtout pas sa femme. Je pense que ce sera bon pour tes affaires.

– Je n’ai pas de gros bide.

– Mais ça viendra. Prends la Jaguar, ce sera mieux, elle est plus confortable que la Ferrari.

– Ah très bien.

– …

– Dis ?  J’ai brusquement un doute… confortable pour quoi ?

– Je t’en pose, des questions, sur les piscines, moi ?

 

Photo : Dita Von Tease

 

Le manteau de plumes

Encre de chine
50 cm par 70 cm

Tableau mis en vente  encadré de noir et protégé sous verre.
Livraison faite à domicile par l’artiste.
400 €
(frais de livraisons compris)
Pour plus de renseignements ou pour l’acheter, contactez-moi par mail
creartiss@orange.fr

 

Le livre

J’ai pris le livre sur la table du salon, j’ai cherché le bouton de mise en marche, la prise, la batterie, il n’y en avait pas.
Etrange.
Je l’ai ouvert.
Aucune mise à jour n’a retardé le chargement, pas de délai d’attente, le texte était là, écrit, sans rafraichissements d’images intempestifs.
Je n’ai pris aucune lumière bleue dans la rétine, pas besoin de lunettes de protection.
J’ai commencé à lire, un peu inquiet quand même.
J’ai tourné la page.
Les pages suivantes étaient là. Je n’ai même pas vu le processus d’installation du texte tant c’était rapide.
Alors j’ai tourné les autres pages vite… pour voir.
Eh bien, croyez-moi si vous voulez, il n’a pas planté une fois.
Même pas un léger bug, aucune lenteur.
Tout était en place au fur et à mesure, juste comme si c’était naturel.
Alors, j’ai été voir la date de fabrication de la machine…
1973 !
Waoh !
Et il fonctionne toujours !
Et avec cette fluidité !
C’est pas mon ordinateur, déjà quasi obsolète après deux ans d’utilisation, qui en fera autant.
Ils étaient forts les anciens !
Quand même.